?

Log in

Entrée précédente

Le monstre humain





Physique contre-nature, handicap, difformité ou simplement laideur extrême... Ce que j'appelle le monstre humain, c'est celui dont l'apparence le met à l'écart d'une humanité à laquelle il voudrait pourtant appartenir. De ce rapport conflictuel à son propre corps peut naître une soif de revanche ou un désespoir sans issue, la force de s'affirmer auprès de ses pairs ou un violent désir d'indépendance.

Deux exigences pour cette liste : un être victime d'une forme d'exclusion (qui peut ne venir que de son propre dégoût de lui-même) à cause de sa « monstruosité » physique, et un récit qui nous donne d'une façon ou d'une autre un aperçu de son ressenti intime (par exemple, le monologue de la créature dans Frankenstein). Sans être forcément gentil, le monstre humain a facilement notre sympathie grâce à son potentiel tragique.

Je n'ai pas beaucoup de livres à proposer car, sans les avoir lus, il peut être difficile de déterminer s'ils correspondent bien à ce thème. Il me semble par exemple que le Quasimodo de Notre-Dame de Paris n'est décrit que d'un point de vue extérieur et présenté comme trop simple d'esprit pour appréhender réellement sa propre difformité, mais n'ayant pas lu ce roman, il faudra qu'on me le confirme ou me l'infirme. [EDIT] C'est chose faite ! Il est ajouté à la liste.

Romans
Au-revoir là-haut, de Pierre Lemaître (2013 / Le Livre de Poche, 2015)
La Chambre des officiers, de Marc Dugain (1999 / Pocket, 1999)
Le Chirurgien du Diable, d'Heinrich Zimmer (1979 / Gerfaut 1979)
L'Élue, de Lois Lowry (2000 / Gallimard, 2002)
Frankenstein ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley (1818 / Gallimard, 2015)
Le Général du roi, de Daphné du Maurier (1946 / Phébus, 2003)
L'Homme qui rit, Victor Hugo (1869 / Pocket, 2015)
Mercure, Amélie Nothomb (1998 / Le Livre de Poche, 1998)
Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo (1831 / Gallimard, 2002)
La Passante, de Pierre Pelot (1999 / Flammarion, 1999)
Wicked, la véritable histoire de la méchante sorcière de l'ouest, Gregory Maguire (1996 / Bragelonne, 2011)
Wonder, de Raquel Jaramillo Palacio (2012 / Pocket, 2014)

Nouvelles
La jeune épouse du tigre dans La compagnie des loups, de Angela Carter (1979 / Seuil, 1997)
La Métamorphose, de Kafka (1915 / Gallimard, 2000)
Journal d'un monstre, Richard Matheson (1950 / Pocket, 1990)


Biographies
Elephant Man, de Frederick Treves (1923 / Éditions du Sonneur, 2011)
Elephant man : La véritable histoire de Joseph Merrick, l'homme-éléphant, de Michael Howell, Peter Ford et al. (1980 / J'ai Lu, 2001)

Théâtre
Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand (1897 / Le Livre de Poche, 1972))
The Elephant Man, de Bernard Pomerance (1979 / Grove Press, 1994)

BD / Manga
Beauté, Tome 1 : Désirs exaucés, de Hubert et Kerascoët (2011 / Dupuis, 2011)
Gueule d'Amour, d'Aurélien Ducoudray (2012 / La Boîte à Bulles, 2012)
L'Histoire du corbac aux baskets, de Fred (1994 / Dargaud, 2004)
Kasane - La voleuse de visages, de Daruma Mastuuma (2013 / Éditions Ki-ion, 2016)
Tout seul, de Chabouté (Vents d'Ouest, 2008)

Comments

( 9 commentaires — Envoyez un commentaire )
ys_melmoth
03 fév 2016 12:55 (UTC)
Je trouverai certainement quelques autres trucs en réfléchissant un peu plus à la question, mais L'Homme qui rit de Hugo me semble parfaitement coller au thème. Je l'ai lu il y a longtemps, mais dans mon souvenir, Gwymplaine (défiguré depuis l'enfance) est assez cruellement conscient de sa laideur (sans quoi je n'aurais pas été aussi amoureuse de lui adolescente. Hum.)

Quid de Cyrano ? Bien entendu, il n'est pas réellement défiguré ni monstrueux, mais tout le personnage tourne autour du complexe énorme qu'il entretient au sujet de son nez, qui définit son caractère, lui interdit de déclarer son amour et lui bousille l'existence...
arca_en_ciel
03 fév 2016 14:30 (UTC)
Merci pour L'Homme qui rit, auquel j'aurais dû penser, mais ne l'ayant pas lu j'aurais de toute façon eu le doute (tous les univers de cirque/freaks sont problématiques pour cette liste, les monstres y trouvant généralement une sorte de famille... il suffit de peu pour que l'oeuvre colle mais sans avoir lu, on ne sait pas !).

Et Cyrano est un affreux zoubli !!! Ce n'est qu'un malheureux nez mais il suffit à le rendre grotesque... Du moins le croit-il !

(Je dois confesser avoir fait la liste totalement à l'arrache. L'envie m'en a repris brutalement la semaine dernière quand j'ai lu un extrait du manga Kasane, glauque à souhait, que je dois me procurer absolument... mais je ne sais plus où donner de la tête en ce moment, d'où le cafouillage pour ce weekend d'ailleurs !)

Edited at 2016-02-03 14:40 (UTC)
ys_melmoth
03 fév 2016 17:26 (UTC)
C'est une excellente initiative, en tout cas - le thème m'a toujours fascinée... et j'enrage d'ailleurs un peu de ne pas réussir à trouver spontanément d'autres titres, alors que je suis bien certaine d'avoir lu pas mal d'autres choses impliquant ce type de monstres !

J'hésite aussi à te proposer :

- Le Général du roi, de Daphné du Maurier, où il n'est pas vraiment question de monstruosité mais de handicap, une histoire d'amour (et bien plus encore) entre une femme qu'un accident rend paraplégique, et un homme qu'elle rejette après son accident, car elle ne veut pas lui imposer le fardeau qu'elle est devenue. L'exclusion qu'elle s'impose est exclusivement amoureuse, et peut-être plus une question de fierté que de dégoût de soi à proprement parler, mais elle fonde tout le drame et je pense que ça pourrait coller quand même assez bien à ce que tu demandes.

- Au-revoir là-haut, de Pierre Lemaître, où le personnage principal (autrefois très séduisant) se retrouve avec toute la mâchoire inférieure arrachée au sortir de la guerre et refuse une chirurgie esthétique qui pourrait le rendre à peu près humain - comme si la monstruosité faisait partie intégrante de ce que la guerre a fait de lui, et qu'aucun retour en arrière n'était possible.

En tapant du côté des gueules cassées, on trouve d'ailleurs pas mal de trucs qui se raccordent plus ou moins au thème. Je n'ai pas lu grand chose, et ne peux donc rien te proposer avec certitude, mais les descriptions de deux BD me semblent coller assez bien à ce que tu cherches :
- Gueule d'Amour d'Aurélien Ducoudray.
- Le Chirurgien du Diable d'Heinrich Zimmer.
arca_en_ciel
08 fév 2016 08:02 (UTC)
Tout est ajouté, merci pour ton aide ! Le dernier bouquin proposé semble être un roman, je n'ai pas trouvé de BD correspondante...
ys_melmoth
08 fév 2016 08:17 (UTC)
Ah, oui, effectivement - c'est la couverture qui a dû m'induire en erreur, je pense. Elle fait très couv de BD ^^
ys_melmoth
03 fév 2016 17:28 (UTC)
(Contrairement aux apparences, j'i intégré un lien Babelio à chaque titre :-) )
ys_melmoth
08 fév 2016 07:30 (UTC)
Je ne voulais pas te reparler de Notre Dame de Paris avant d'avoir replongé le nez dedans pour être sûre de mon coup, mais voilà qui est fait et Quasimodo entre totalement dans le thème. Dans un premier temps, il est une sorte de brute aux émotions étouffées, que sa difformité pose en dehors du monde et que les moqueries, la cruauté du monde à son égard ont empli d'un mélange de méfiance et de méchanceté. Il n'a pas vraiment honte de lui-même, pas plus qu'une bête n'aurait honte d'elle-même, mais les humains (autres que Frollo qui l'a recueilli enfant) sont ses ennemis.
Puis Esmeralda, en lui témoignant de la pitié, le révèle en quelque sorte à sa propre humanité, et en tombant amoureux d'elle, il prend pleinement - et très douloureusement - conscience de sa disgrâce. Comme il le lui dit lui-même : "Moi, je suis quelque chose d'affreux, ni homme ni animal, un je ne sais quoi plus dur, plus foulé aux pieds et plus difforme qu'un caillou."
arca_en_ciel
08 fév 2016 08:02 (UTC)
Top, merci :3
ys_melmoth
24 juil 2016 05:51 (UTC)
Toujours sur ce thème du monstre humain, je viens de lire une assez chouette BD :
Bouffon, de Zidrou et Francis Porcel : http://www.babelio.com/livres/Zidrou-Bouffon/761531
( 9 commentaires — Envoyez un commentaire )